le Havrais Bertrand Maillard lance son propre chantier naval avec le « LH Boat »

Plaisance. Un Havrais lance son propre chantier naval. Un bateau de 7 mètres atypique et conçu ici à la Porte Océane.

actu-006Au Havre, le talent s’affirme aussi sur les pontons. Lorsque le temps est au beau fixe et que flotte dans l’air un doux parfum d’embruns. Une atmosphère singulière à la Porte Océane que Bertrand Maillard caresse depuis sa prime enfance. En navigateur chevronné, ce Havrais de 35 ans vient d’ajouter une corde à son arc en se lançant dans l’aventure de la construction navale. Et pas n’importe quel chantier puisqu’il s’agit d’un modèle de bateau entièrement pensé et conçu par lui-même. Pas de doute, de l’eau de mer coule dans ses veines. « Je suis un passionné de voile depuis toujours. Des sorties en mer avec les potes jusqu’à la course en équipage où je m’occupais de la préparation des bateaux. J’apportais des modifications pour les faire gagner en performance. » Une expérience qu’il va mettre à profit chez Aircelle à Harfleur, au centre d’excellence composite. Cette facette de l’aéronautique va lui ouvrir, dix ans plus tard, d’autres horizons. « L’envie de créer, de voler de mes propres ailes a toujours été la plus forte »,explique-t-il simplement.

En 2012, il se jette à l’eau et crée son entreprise « dans le secteur des matériaux composite ». Son expertise le ramène tout droit à son terrain de jeu favori, sur les cateways des pontons. « Fort de ma solide expérience industrielle, j’interviens auprès des plaisanciers pour améliorer la sécurité ou l’ergonomie à bord. Je réalise aussi les grosses réparations sur des coques de 6 à 25 mètres, les chocs qui, par exemple, sont pris en charge par les assurances. »

Une coque de 7 mètres de long

Mais Bertrand Maillard a aussi une autre marotte. Il y a quelques années, il s’amuse à dessiner les plans d’un bateau de course de 8,50 m qu’il va ensuite construire entièrement de ses mains. En entrepreneur infatigable, il se lance alors un défi, « construire un bateau de 7 mètres atypique, en plusieurs déclinaisons, pour les vendre ensuite au prix du marché ». Un bateau fait d’une coque en contreplaqué époxy, « un matériau robuste et léger ». Il jette toutes ses forces dans la bataille. « J’ai dû faire un gros travail sur la recherche du design, de stabilité et comportement en mer pour que la coque puisse se décliner en plusieurs types d’aménagements extérieurs. Avec ou sans cabine, complètement couvert, etc.» Au fil des marées, son vœu se réalise. De la planche à dessin, il sort un modèle de coque qui, véritablement, sort du lot. Une étrave taillée pour fendre les vagues conjuguée à un franc-bord généreux. Une silhouette robuste pour un galbe assumé.

Il se met en lien avec une agence d’architecture et d’ingénierie navale, la Briag Merlet Ship qui valide sa structure. Puis une agence havraise, Racinecubik, spécialisée dans le design intérieur et d’aménagement d’espaces, apporte la touche finale, « toute une gamme d’accessoires que le client va pouvoir configurer à sa guise ». Il ne manquait plus qu’un nom de baptême, ce sera « LH Boat ». « Je suis né ici et j’aime le made in Le Havre, la Normandie. Je voulais me rapprocher de la dynamique de la ville tournée vers le nautisme, organisatrice de la Jacques Vabre, mais aussi de la Fédération française de voile. Ça me fait plaisir qu’on puisse parler du Havre par rapport à des projets professionnels ».

Et justement, dans les allées du prochain Salon Nautique de Paris, on risque d’en parler de la Porte Océane. « L’objectif est de pouvoir présenter à ce salon, en décembre, cinq déclinaisons de mon bateau dont une version cabriolet. »

Il se murmure même qu’un « LH Boat 500 » (comprendre 5 mètres) soit finalisé pour les 500 ans du Havre.

STÉPHANE GOUËL
s.gouel@presse-normande.com

SOLUTIONS OCÉANES SERVICES
Bertrand Maillard : 06 84 84 51 38

Sources : PARIS NORMANDIE